Tour à tour : GP du Brésil 2017

Quatrième épisode de Tour à tour, au pays des favelas et des pilotes légendaires !

Grille : Alonso magnifique P5 sur la grille, 6e en qualifs. Il nous a d’ailleurs gratifié d’un jouissif « yeeees ! », ce qui peut paraitre bizarre venant d’un double champion du monde. Hamilton quant à lui a réalisé une qualif de toute beauté aussi qui s’est terminée… dans le mur, dans son premier tour lancé. J’applaudis des deux mains. Il partira donc des stands, Bottas de la pole, arrachée de justesse face à Vettel.

Départ : Bottas rate son départ, Vettel en profite à l’intérieur au premier virage, et ça passe. Alonso a un peu de mal à décoller de son emplacement mais réalise une superbe remontée par la suite et s’offre même le luxe d’attaquer Verstappen par l’extérieur. Derrière, Ricciardo, Vandoorne et Magnussen se frottent les hanches et SA TOURNE MAL.

Tour 1 : Ocon s’accroche avec une Haas, c’est con pour Oconsistency… Grosjean, en artiste accompli, nous offre une performance de toute beauté : Attaqué par Ocon à l’extérieur, il tient sa ligne intérieure avant de perdre le contrôle et d’envoyer les deux voitures dans le décor. J’applaudis des deux mains. Abandon de Vandoorne suite au premier virage. Au moins Gaétan ne vas pas nous casser les bonbons toute la course avec la formidable performance de Stoffel (qui croise en général péniblement à la 14e place). Magnussen aussi doit mettre pied à terre, GP tonitruant des Haas dites-moi.

Tour 2 : Avec tout ça, Gasly est P10, j’en tombe de ma chaise.

Tour 4 : Vandoorne rentre aux stands à pied, ça me rappelle Raikkonen à Barhein ça tiens.

Tour 5 : Hulkenberg rentre déjà aux stands, c’est plutôt bizarre. Ha non, il est descendu au classement, mais à l’image il est là… Même pas cinq tours de course et les transpondeurs déconnent déjà…  On prépare le restart, Vettel est méga lent, j’ai même peur d’en voir certains caler dans le peloton.

Tour 6 : And gooooo ! Massa se débarrasse d’Alonso ultra facilement, les deux Renault sont bien là mais Hulkenberg n’apparait plus dans le classement. Sur l’application de la RTBF, 10% des votants pointent du doigt Ocon pour l’accrochage du premier tour avec Grosjean, j’aimerais qu’on me les présente.

Tour 7 : Perez attaque Alonso en vain, Hamilton prend la douzième place à Stroll, Ricciardo se défait de Wehrlein.

Tour 8 : Hamilton est déjà onzième. Hulkenberg a réintégré le classement. Sainz évoque la very poor drivability de son auto, qui doit certainement expliquer sa position en course.

Tour 9 : Ricciardo dépasse Hartley. A moins qu’il ne l’ait laissé passer. Hamilton rentre dans les points.

Tour 10 : Hamilton est dixième après avoir dépassé Hulkenberg. Il remonte une voiture par tour !  « Radio Check Brendon, press the radio button if you can hear me ». Beh dites-moi, elles sont vraiment pas solides ces STR…

Tour 11 : Ricciardo n’arrive pas à se rapprocher de Stroll mais se jette comme un dératé au premier virage et ça passe ! C’est vraiment le champion des freinages de malade à l’intérieur. Il engouffre une Sauber dans la foulée, histoire de rendre la manœuvre encore plus impressionnante.

Tour 13 : Ricciardo se jette de nouveau à l’intérieur au premier virage, sur Gasly et ça passe. Hamilton semble coincé derrière Perez. Une enquête sera diligentée après course pour l’incident entre Vandoorne, Magnussen et Ricciardo au premier virage. Vandoorne était sur sa ligne, Ricciardo a choisi l’extérieur, et a même pris de la marge. Magnussen, à l’intérieur, ne pouvait pas le voir, il était légèrement devant Vandoorne, et a tenté de resserrer la trajectoire. Un peu viril, à la Magnussen en somme, mais rien de bien méchant si Ricciardo n’avait pas été ici. Incident de course à mon sens.

Tour 14 : Superbe dépassement de Hamilton à l’extérieur de Perez qui défendait l’intérieur au premier virage. Le mexicain essaie de croiser dans les S et a le DRS pour la 2e ligne droite, mais à l’extérieur au freinage, il ne peut rien faire et laisse filer la flèche d’argent.

Tour 15 : A peine deux secondes d’écart en tête de course. Est-ce que Bottas attend ? Ricciardo dépasse Sainz au premier virage. Sainz disparait des classements juste après. Décidément, ils gèrent la fougère les transpondeurs Renault…

Tour 16 : Hamilton ne va faire qu’une bouchée d’Alonso dans les tours à venir.

Tour 17 : 1.7s d’avance seulement pour Vettel sur Bottas. A ma grande surprise, Hamilton a du mal à revenir sur Alonso. Il est d’ailleurs lui-même revenu sur Massa.

Tour 18 : Gaétan nous annonce « qu’Eric Bouyé a fêté son anniversaire ». C’est qui celui-là ?

Tour 19 : Brendon a récupéré la radio ! « Radio check, radio is back ! » Hamilton n’est toujours pas passé devant Alonso. Ricciardo a enfin dépassé Hulkenberg.

Tour 20 : Hamilton met Nando dans le vent, propre. A l’intérieur au premier virage, ç’aurait presque paru facile.

Tour 21 : Hamilton se rapproche de Mas au premier virage, puis dans la 2e ligne droite prend le DRS, et finit par doubler. Il est à 17 secondes de Vettel, et 10 de Verstappen. On dit à Bottas d’attaquer : 1.6s séparent les deux leaders de la course.

Tour 22 : Verstappen voit ses pneus arrière surchauffer. Grosjean mange 10 secondes de pénalité. Autant pour les erreurs dangereuses qui auraient pu être évitées je comprends ce genre de pénalité. Autant là, il se rate clairement, c’est con mais bon, c’est la course… Et puis, il croise bon dernier bien loin de tout le monde, ça ne changera plus rien pour lui.

Tour 23 : Bottas n’est plus qu’à 1.5s de Vettel. Gaétan ne croit pas en Bottas : « Dieu sait si Vettel est reconnu pour sa force mentale ». On l’a parfaitement vu à Bakou cette année et à Mexico l’année dernière. J’applaudis des deux mains une aussi belle analyse. Hééééé on dit coucou à l’ami Bourinho dans le stand Mercedes !

Tour 24 : Ericsson pleure à la radio qu’il est plus rapide que Wehrlein. Je ne sais pas ce qui serait le plus triste : Qu’il le soit vraiment, ou qu’il pense que le team va demander à Wehrlein de le laisser passer.

Tour euh… 25 ? La RTBF ne me montre plus le décompte des tours depuis un moment déjà, je perds un peu le fil du coup…

Tour 26 : Ricciardo est à son tour coincé derrière Perez.

Tour 28 : Le décompte des tours est revenu, je revis. Bottas rentre aux stands pour tenter l’undercut sur Vettel. Massa rentre aussi et ressort neuvième.

Tour 29 : Vettel couvre la stratégie de Bottas, il ressort tout juste devant. Ricciardo dépasse finalement Perez, évidemment au premier virage.

Tour 30 : Raikkonen s’arrête. Il n’est même pas inquiété par Verstappen qui s’était déjà arrêté. J’avais même pas vu tiens, je suis fatiguéééé, j’ai des problèmes de concentration. Verstappen efface Perez dans la partie sinueuse du circuit. Pas besoin de DRS quand on s’appelle Verstappen.

Tour 31 : Hamilton est en tête du jaypay, 4 secondes devant Vettel seulement. Mais s’il tient sa position et le bloque un peu, il peut tenter une stratégie agressive avec des pneus rapides en fin de course, et pourquoi pas le rattraper. Ce qui aurait aussi une autre agréable conséquence : Vettel serait sous le coup d’une attaque de Bottas.

Tour 32 : 3.8s entre Hamilton et Vettel au passage de la ligne. Alonso s’est arrêté, il est 11e, j’espère qu’il marquera des points, histoire de ne pas finir la saison derrière Vandoorne.

Tour 33 : Bon, je voulais voir l’évolution de l’écart entre Hamilton et Vettel au passage de la ligne, mais c’est la pub et je n’arrive pas à voir les chiffres dans le carré image. Bon, je ne vais pas me plaindre, c’est toujours mieux que TF1… Visiblement, c’est 3.5s un peu après le passage de la ligne, Lewis peut continuer encore un moment. Alonso est déjà P9, ça remonte bien !

Tour 34 : Vettel perd 0.155s sur le tour 3. Il est fort ce Lewis. Sainz remonte une Sauber et la dépasse.

Tour 35 : Raikkonen a repris 6 dixièmes sur chacun des 2 derniers tours sur Bottas pour qui ce n’est pas la grande forme…

Tour 36 : 3.992s au passage de la ligne, Lewis reprend même du temps ! Il est vite ! Perez rentre aux box, et ressort derrière Alonso mais devant Gasly. Alonso est 1.3s derrière massa, mais tout ce petit monde va jusqu’au bout du GP, il devra le doubler en piste.

Tour 38 : Sainz dépasse la deuxième Sauber. Je ne fais pas la différence. Wehrlein / Ericsson, même combat, ça va aussi vite.

Tour 39 : Hulkenberg est derrière Gasly et tente de le dépasser au premier virage : il prend l’extérieur, et freine bien tard, Gasly a même le temps de se rabattre derrière lui avant de prendre le virage.

Tour 40 : Hulkenberg : « C’est la première fois que je représente un constructeur ». Parce que sa pige chez Porsche au 24h, ça compte pas ?

Tour 41 : 3.0s entre les deux leaders. Grosjean défend sa position face à Stroll, il faudrait lui dire que ça ne sert à rien… Alonso râle à la radio, c’est signe de bonne santé.

Tour 42 : Deux secondes d’avance pour Lewis, ayé, les pneus sont morts. Va-t-il essayer de bloquer Vettel ? Ça serait amusant en tout cas. Hartley ramène sa voiture au box. Côté fiabilité, ce n’est toujours pas ça chez STR.

Tour 44 : Lewis s’arrête et repart en Super Softs. Ricciardo aussi et repart derrière Alonso mais devant Perez visiblement. Hamilton est désormais P5 à 19s. A une seconde au tour, c’est large.

Tour 46 : Stroll vs Grosjean, la tristesse de cette bataille…

Tour 47 : Ricciardo a effacé Alonso. Il attaque Massa au premier virage, à l’intérieur, alors qu’il était encore super loin, comme il l’aime quoi.

Tour 48 : Gasly s’offre le scalp de Stroll. J’aime pas bien ceux qui chouine à la radio pour les drapeaux bleus, mais là, Hamilton a raison, Stroll a bien pris 4 virages pour le laisser passer.

Tour 49 : Hamilton a 16 secondes de retard sur la tête de course. Le podium semble faisable.

Tour 51 : Alonso grignote petit à petit et se rapproche de Massa, Perez ne revient pas pour l’instant.

Tour 53 : « Romain, we have a 10 second penalty » « For WhaaAAaaAt ? ». J’ai l’impression d’être au collège. Mais j’ai rien fait m’sieur.

Tour 54 : Hamilton revient sur Verstappen qui est quatrième. Pour le podium, ça semble fort compliqué, mais pas infaisable. Les ralentis montrent que ses pneus s’usent déjà…

Tour 55 : Globalement, on se fait chier ces derniers tours. Verstappen se fait reponter par Ham, et il galère avec ses pneus. La lutte ne sera probablement pas aussi belle que prévue.

Tour 56 : Alonso est à 8 dixièmes de Massa et peut déclencher son DRS ! Et même avec ça, il perd du terrain sur Massa dans la ligne droite. Que les petits gars de Honda ne nous disent plus que leur moteur est presque au niveau du Mercedes.

Tour 58 : Hamilton revient sur Verstappen.

Tour 59 : Belle défense de Verstappen sur Hamilton au premier virage. Mais la différence de vitesse est énorme, et Hamilton n’a pas de mal à enrhumer la RBR dans la deuxième zone DRS.

Tour 60 : Bottas revient fort sur Vettel. Gaétan ne voit pas que c’est grâce aux retardataires.

Tour 61 : Hamilton claque le meilleur tour. Il est à 4 secondes tout pile de Raikkonen.

Tour 63 : Hamilton a repris presque 0.8s sur le dernier tour. Bottas est à 2 seconde, on lui dit que Vettel économise ses gommes pour le motiver.

Tour 64 : 1.8s d’avance pour Raikkonen sur Hamilton dans cette lutte pour le podium. Les derniers tours vont être chauds !

Tour 65 : Bottas a certainement accéléré, mais Vettel reprend malgré tout un peu d’air. Le traditionnel jeu du chat et de la souris.

Tour 66 : Il reste 6 tours et Hamilton a 5.4s de retard sur Vettel.

Tour 67 : L’écart est tombé à 4.7s. Mais il va falloir doubler Raikkonen. Hamilton attaque trop fort et bloque les roues au premier freinage.

Tour 68 : Dans la ligne droite, on voit à la queue leuleu une voiture rouge, une grise, une rouge, une grise, c’est jouli. Dans l’image, ça nous fait quand même 9 titres de champion pilote et 131 victoires en GP (enfin, 130 seulement au moment où l’image en question a été capturée).

Tour 69 : Stroll délamine, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas vu ça…

Tour 70 : Hamilton se rapproche mais rien à faire, il n’y arrive pas.

Tour 71 : Les qualités du châssis Ferrari dans le serré font merveille et mettent Raikkonen à l’abri de Hamilton pour la grande ligne droite et la zone DRS. La fin de course est incroyablement chaude entre Massa, Alonso et Perez !

Arrivée : Lewis était le plus fort, mais il finit 4e, c’est la course. Bottas aurait probablement pu gagner s’il avait pris un meilleur départ, c’est la course. Vettel a bien géré son sujet et va chercher une victoire finalement méritée. Les 4 voitures des deux top teams finissent ce GP dans un mouchoir de poche. Les RBR sont rentrées dans le ran, après quelques GP flamboyants. Massa salue le public après avoir fini meilleur des autres pour son dernier GP à domicile. Il hurle à la radio, je ne suis pas sûr de ce qu’il dit. Alonso marque les points de la huitième place et passe devant Vandoorne au championnat. Perez marque deux points et Hulk ramène un petit point pour Renault.

Podium : Il y a beaucoup trop de rouge à mon gout sur ce podium… Bottas et Raikkonen, en bons Finlandais, respirent la joie de vivre. L’hymne italien retentit, Raikkonen s’en tamponne le coquillard. Je remarque seulement maintenant que le Chandondégueu a laissé sa place à du vrai Champagne sur le podium. Et ils foutent tout par terre, hé bah bravo.

La statistique inutile qui fait mal : Vettel dépasse Alonso au nombre de podiums en carrière. Je crois qu’on va s’arrêter ici pour aujourd’hui…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s