Que faire pendant l’hiver ? (2/2)

Après un mois de décembre soporifique, le début de l’année 2018 s’annonce déjà animé côté sport auto. Fin de notre tour d’horizon des courses à suivre avant la reprise de la F1 !

Rolex 24 @ Daytona

(ou les 24 heures de Daytona pour les gens normaux)

Pourquoi c’est cool ?

Les 24H de Daytona, comme indiqué dans le nom, est une course de 24 heures. Et rien que ça, c’est cool. Devoir maintenir une voiture flat out sur un circuit éprouvant tant pour les pilotes que pour les machines est un challenge incroyable. Les 24H de Daytona sont en quelque sorte les 24H du Mans en hiver, et en Floride. Et on aime ça. Comme à l’habitude, on s’attend à un plateau de qualité, réparti entre protos américains DPi, LMP2, GTLM et GT3. En général, les meilleurs pilotes américains (d’endurance, mais aussi d’Indycar ou autre) sont de la partie pour cette classique historique. Cette année, la course accueillera pour la première fois Lando Norris, et surtout… Fernando Alonso. Autant dire que cette course sera suivie de près par pas mal de monde.

Pourquoi ça ne vaut pas la F1 ?

De notre côté de l’Atlantique, l’engouement pour cette course est assez faible, et c’est bien dommage finalement. Je dois avouer que j’apprécie particulièrement ce genre de grande classique, et j’ai bien du mal à lui trouver des défauts. Alors certes, depuis de nombreuses années, l’épreuve ne fait plus partie du championnat du monde d’endurance. Dans les faits, cela se traduit par l’absence de LMP1. Mais je pense que cela ne représente pas vraiment un souci, le plateau n’en est que plus homogène et la course plus indécise. Je pourrais aussi dire que même si certaines superstars seront présentes, la plupart des pilotes sont des inconnus pour nous Européens. Mais là encore, ils sont connus et reconnus aux Etats-Unis qui reste définitivement un mode à part. Et pour une fois que les Américains nous offrent une course à l’européenne digne de ce nom, ne boudons pas notre plaisir !

Et si je décide de suivre ça ?

Comme je l’ai dit, les 24H de Daytona ne jouissent pas d’une grande réputation chez nous. Pour suivre la course, il faudra se tourner vers les réseaux parallèles (Sportlemon, par exemple, mais chut, je ne vous ai rien dit). Personnellement, je suivrai avec attention la course de l’équipage United Autosport emmené par Fernando Alonso. J’ai hâte de voir comment il se comportera en équipe, car il est certain qu’il ne gagnera pas seul, or on lui prête rarement des qualités de team player… Ha j’oubliais, la course a lieu le week-end des 27/28 janvier, mais sera bien sûr précédée par tout un tas de cérémonies et de séances d’essais.


Dakar

Pourquoi c’est cool ?

Imaginez traverser un continent entier, en n’empruntant que les chemins de terre et les pistes dans les dunes, le tout au volant d’une machine de course finement préparée. Oui, moi aussi, ça me fait rêver. Il s’agit là d’une vraie course à l’ancienne, comme à l’époque des pionniers, où pour finir premier, il faudra premièrement finir. Au programme : des spéciales de 800 kilomètres à engloutir en une journée, des passages à gué, des rochers, des ornières, des dunes où même les meilleurs vont réussir à s’ensabler, des écarts entre les leaders plus longs qu’un GP de F1, et bien entendu de la navigation où ceux qui prendront la bonne décision se verront catapultés, en tête de course. Comme tous les ans, il y aura de la sueur, des larmes, et même du sang. Parlons un peu des pilotes. Du côté des voitures, les ultra-favoris sont les équipages Peugeot : Sainz, Després, et surtout Loeb et Peterhansel. L’opposition sera principalement composée de Toyota et X-Raid, avec des larrons comme Al-Attiyah, Al-Rajhi, De Villiers, Hirvonen, Terranova ou encore Roma. Sans compter certaines surprises probables. Côté camions, l’armada Kamaz n’a que peu d’opposition avec Tatra, ou Hino, mais il sera toujours intéressant (et impressionnant !) de suivre à quelle position évolueraient ces engins infernaux s’ils étaient classés avec les voitures… Enfin, je ne parle pas des motos, mais on s’attend de nouveau à une course ouverte et une compétition serrée. Il parait que les dunes et la navigation seront présentes en masse cette année, nous verrons bien si les pilotes d’enduro qui jouaient la gagne ces dernières années seront capables de donner la réplique aux vieux loups de sable.

Pourquoi ça ne vaut pas la F1 ?

Quoiqu’on en dise, le Dakar n’a plus son lustre d’antan. Seul Peugeot est engagé officiellement, et la marque au lion ne sera même plus présente l’année prochaine. Chez les camions, De Rooy a préféré participer à l’Africa Eco Race, signe que le Dakar perd son attractivité. Cette année, les organisateurs nous ont promis un parcours difficile, et ultra sélectif. Comme tous les ans d’ailleurs. Et lorsqu’on voit avec quelle facilité Hirvonen et Loeb, pourtant venus du WRC et n’ayant aucune connaissance du rallye raid, se sont adaptés, on est en droit d’en douter. Alors certes, pour les amateurs, le Dakar est tout sauf une sinécure. N’empêche qu’on aimerait revivre des exploits tels ceux de Vatanen et sa mythique 405, capables de prendre 3 heures à tout le monde en une seule journée de course, et je peux déjà vous dire que ça ne sera pas le cas.

Et si je veux suivre ça ?

Le Dakar aura lieux du 6 au 20 janvier. Pour suivre les classements, et même les étapes en direct, rien de mieux que le site officiel, qui (c’est assez rare pour être souligné pour le site officiel d’un événement) est assez bien fichu et fourni en général. Pour les images, reste France TV, toujours fidèle au poste. On préférera l’émission Bivouac qui se concentre sur la course une fois la journée terminée, au live habituel où l’on voit surtout de beaux paysages. Je n’ai rien contre ça, mais je préfère les reportages d’Arte dans ce domaine.


Rallye de Monte Carlo

Pourquoi c’est cool ?

Si vous êtes plutôt vacances à la neige qu’à la plage, le Monte Carlo est là pour vous. Les plus fines lames de la planète, au volant de monstres de 380 chevaux vapeur, avec tout le raffinement que l’on peut attendre d’une voiture de course, lancées sur les routes de montagne enneigées ou verglacées, ça a de quoi nous faire frémir. Les pilotes du mondial des rallyes feront tout pour accrocher le rallye le plus mythique de la saison à leur tableau de chasse. Mais les amateurs tenteront crânement leur chance, comme Bryan Bouffier en 2014, qui avait pris la tête du rallye sur un coup stratégique de haute volée et avait finalement fini deuxième au volant d’une Fiesta dépassée par ses adversaires. Cette année, ils seront nombreux à viser la victoire : Ogier, Tanak, Latvala, Meeke, et bien sûr Neuville, voire même Evans, Mikkelsen ou Lappi. En WRC2 et 3, les habitués du mondial, et les jeunes loups aux dents longues auront fort à faire contre les spécialistes français de l’asphalte qui auront à cœur de briller à domicile. Bref, on s’attend à des luttes de grande classe à tous les étages, le tout avec un arrière-gout de légende…

Pourquoi ça ne vaut pas la F1 ?

D’abord, il est difficile de filmer et diffuser un rallye en intégralité, ce qui fait qu’il est assez difficile de suivre la course. Le WRC, comme la plupart des grands championnats a connu un problème de taille : Les constructeurs sont venus et ont étouffé les privés, puis sont partis quand des coupes budgétaires ont été nécessaires. Résultat, seulement 4 constructeurs engagés, et aucun privé en catégorie reine, soit seulement 11 voitures inscrites au total en WRC. Une misère. Heureusement, le WRC2 a pas mal gagné en intérêt, avec le team officiel Skoda, M-Sport, et Citroën, se battant contre tous les privés réguliers du championnat, ou les locaux venus faire un one shot. Et puis surtout, entre nous, ça manque un peu de bataille roue contre roue, non ?

Et si je décide de suivre ça ?

Le Monte Carl’ aura lieu le même week-end que les 24H de Daytona, du 25 au 28 janvier. Le meilleur moyen de suivre tout ça, c’est Rallye-Sport, avec un résumé de chaque spéciale, et surtout un guide TV à paraître avant l’épreuve. Car oui, il y aura quand même quelques spéciales télévisées, entre l’Equipe TV, et Red Bull TV (gratuit). Le petit conseil du chef pour vivre la course à l’ancienne : Branchez-vous sur Alpes 1. La petite station locale couvre l’événement avec plusieurs heures de direct chaque jour, des envoyés spéciaux qui prennent les chorons à mi-spéciale et d’autres à la sortie des spéciales (« Jean-Paul, comment ça s’est passé, y avait-il encore de la glace en haut du col de [BROOOOAAAAAAARRRRRR POPOPRRRROOO]… Comment ?!?! « ). En fermant les yeux, on s’y croirait presque ! Au-delà du Monte Carlo, on n’oubliera pas le rallye de Suède (du 15 au 18 février) et le rallye du Mexique (8 au 11 mars), ainsi que tout le reste de la saison après la reprise de la F1, car ce championnat s’annonce une nouvelle fois passionnant.


Rallyes nationaux

Pourquoi c’est cool ?

Le WRC, c’est trop guindé pour vous ? Heureusement, les amateurs sont aussi là pour nous régaler lors des rallyes nationaux et régionaux. On apprécie la bonne ambiance qui règne lors de ces courses amateures (dans le bon sens du terme). Les pilotes sont accessibles, et s’ils ont le temps, seront même heureux de discuter avec vous. L’assistance est ouverte à qui a envie de la visiter, ce qui est toujours sympa pour voir les voitures de près. Les spéciales sont accessibles gratuitement (à condition de respecter les zones sécurisées dédiées au public). Au bord des spéciales, là aussi la bonne ambiance est de mise, et tout le monde est content de discuter de tout entre les passages, et même de la course parfois, avec les plus assidus suspendus à leur téléphone pour essayer de voir les chronos. Côté plateau, il est rare de voir des rallyes avec moins de 50 engagés, et les voitures sont comprises entre les WRC 1.6L (uniquement en national) ou R5, et des vieilles 205 à peine modifiées pour la course. Les amateurs étant là pour se faire plaisir, il n’est pas rare de voire des passages généreux, dits « de sanglier », et c’est toujours sympa.

Pourquoi ça ne vaut pas la F1 ?

Justement parce que c’est amateur. Qu’on ne s’y trompe pas, j’ai passé de très bons moments sur les rallyes nationaux et régionaux. Mais il n’y a aucun enjeu, et la compétition passe donc au second plan, on vient surtout voire une sorte d’exhibition, même si les aficionados frémiront lorsque leur petit protégé sortira un « scratch ». De plus, les amateurs devront payer cash toute réparation sur leur voiture, et nombreux sont ceux qui préfèrent assurer. Passés les tous meilleurs qui veulent vraiment faire un résultat, le reste du peloton est assez peu jouissif à voir défiler.

Et si je décide de suivre ça ?

Comme pour le WRC, Rallye-Sport est une bonne base. Je préfère personnellement Rallygo, plus fourni pour les rallyes amateurs. Le gros avantage des rallyes nationaux, c’est qu’il y en a tous les week-ends, partout en France, donc nécessairement un près de chez vous ! Et en France, nous avons encore la chance de pouvoir y assister gratuitement, alors profitons-en ! Pour organiser votre petit périple, Rallygo toujours, qui met les cartes à disposition, mais aussi forum-rallye, où les amateurs viennent échanger sur les bons spots. De là, deux choix s’offrent à vous : La solution facile, qui consiste à attendre toute la journée au bord de la spéciale, pour ne rien rater, et la solution expert, qui consiste à suivre les 10 ou 20 meilleures voitures, en spéciale, puis à l’assistance, puis de nouveau en spéciale. La deuxième solution est bien plus difficile, mais a l’avantage de gommer tous les temps morts, et elle est bien plus fun ! Bref, yapuka. Ma préférence ? Le rallye de la Côte Fleurie, rallye national historique, au cœur d’une bien belle région, et qui présente habituellement un plateau de qualité.

 

Peugeot 206 WRC FA8W REYDELLET Bruno

Petit souvenir de la Côte Fleurie…  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s